Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Agriculture aux Etats-Unis par  Laurent Klein, IV 2011

Agriculture aux Etats-Unis par Laurent Klein, IV 2011

Compte-rendu les petits déjeuners du Cercle, 17 octobre 2012 Laurent KLEIN, Président de la Société des Agriculteurs de France, IVLP 2011

Lauren Klein en deux mots :

Son programme IV :

Laurent est un agriculteur implanté en périphérie de Strasbourg. Il codirige une entreprise agricole familiale d’une vingtaine de salariés orientée à la fois vers la production laitière, porcine, avicole et maraichère et la commercialisation en direct via quatre magasins. Laurent est depuis 2009 le Président de la Société des Agriculteurs de France (SAF), think tank agricole français à vocation européenne.

Son programme IV : Laurent KLEIN est IV 2011. Il a suivi un programme individuel, « taillé sur mesure » centré sur l’agriculture. Son voyage l’a amené à Washington (DC), Indianapolis (IN), Bozeman (MT) et Portland (OR).

C’est une expérience marquante où il a ressenti un sentiment d’appartenance à une « communauté d’agriculteurs mondiale » partageant les mêmes soucis et les mêmes risques.

> Washington DC L’étape à Washington a permis de rencontrer des syndicats, des fonctionnaires du ministère de l’agriculture (USDA), mais également des conseillers à l’ambassade de France.

Un des points qui a marqué Laurent est le sentiment que pour les agriculteurs américains la concurrence n’était plus transatlantique, mais provenait davantage des pays émergents (Brésil, Argentine, etc.). Les rencontres au Département d’Etat ont constitué un autre moment fort, où il a fallu expliquer les positions européennes hostiles au clonage.

> Indianapolis Au cours de cette étape, beaucoup de discussions autour des problématiques de l’eau et de l’énergie. Parmi les visites marquantes, celle organisée chez Beck’s Hybrids qui a permis d’aborder la question des OGM.

> Bozeman « Changement d’univers » à Bozeman avec des anecdotes qui montrent une fois de plus la diversité américaine. Ainsi en est-il du serveur avec un pistolet à la ceinture ou de trouver le matin un ours posé sur la table dans l’attente d’être découpé après avoir percuté un 4×4.

Les rencontres avec le monde agricole ont permis à Laurent d’engager des discussions autour des risques climatiques. Il y a clairement une prise de conscience du changement climatique de la part des agriculteurs : « avant l’eau était à 30 m, maintenant il faut creuser à 180 m ». Les pâtures sont grillées.

A terme cela signifie que les agriculteurs vendront leur ranch à des ONG. Cette évolution ne leur pose pas de problème. Un agriculteur peut changer 3/4 fois de ferme au cours de sa vie. La terre est vu comme un support à développer. C’est une vision très différente qui existe en Europe.

> Portland De nouveau un changement radical après Bozeman, Portland symbolise l’agriculture des villes. La cité a depuis longtemps mis en place une politique de développement du territoire et de respect de l’environnement. Il y a une démarche de sensibilisation autour de l’économie de l’eau et de pédagogie dans l’éducation des enfants.

Il existe un développement de terrains autour des villes avec l’arrivée de nouveaux agriculteurs qui ne sont pas issus du monde agricole. Il manque en France cette stratégie pour faciliter cette migration vers le monde agricole.

Au final, les points marquants de ce voyage auront été : le mouvement du monde agricole, l’articulation entre les métropoles et les territoires ruraux, la réflexion économique : comment des entreprises classiques peuvent faire face à des ruptures très fortes et imaginer l’agriculture de demain, comment des entreprises individuelles peuvent avoir une vision collective.

Ce voyage qui doit permettre de mieux prendre connaissance et conscience de la réalité américaine a permis à Laurent Klein de faire un constat souvent partagé. « Aux États-Unis tout parait possible ». Pourtant, cette liberté de créer, cette initiative personnelle s’exprime aussi dans un monde très cadré, dans une société figée au niveau des mœurs.

Enfin, les États-Unis sont une véritable société de services, contrairement à la France. Le Home Hospitality a permis de constater la « disponibilité totale » des Américains capables dans le cas de Laurent d’organiser au pied levé un voyage de 250 km simplement pour aller à la rencontre de personnes et d’expériences susceptibles de l’intéresser. « Il y a toujours une solution ». C’est ce qui manque dans nos sociétés.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
La politique sociale et économique aux Etats-Unis

La politique sociale et économique aux Etats-Unis

Olivier Marmion, IVLP 2017, Directeur de cabinet du directeur général de la sécurité civile et...

Joel VOISIN-RATELLE
3 juin 2019
Le pluralisme aux Etats-Unis

Le pluralisme aux Etats-Unis

Au cours du petit déjeuner organisé par le Cercle Jefferson le 21/02/2019, Antoine Haguenauer,...

Joel VOISIN-RATELLE
27 février 2019
L'interconvictionnel, contribution au vivre ensemble

L'interconvictionnel, contribution au vivre ensemble

Dans le cadre des « petits déjeuners du Cercle », le Cercle Jefferson a accueilli le Jeudi 17...

Joel VOISIN-RATELLE
17 janvier 2019
Le dialogue inter culturel

Le dialogue inter culturel

Yacine HILMI, Directeur de l’Institut Hozes, spécialisé dans la formation des cadres religieux,...

Joel VOISIN-RATELLE
20 décembre 2018
La politique de santé aux Etats-Unis

La politique de santé aux Etats-Unis

Antoine Schwoerer, Conseiller du Directeur Général de la Santé sur la sécurité sanitaire...

Joel VOISIN-RATELLE
19 novembre 2018
Cooperation franco-américaine dans la lutte anti-terroriste

Cooperation franco-américaine dans la lutte anti-terroriste

Poursuivez ici selon votre inspiration...Dans le cadre de son petit déjeuner mensuel du 21 juin...

Joel VOISIN-RATELLE
21 juin 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus