Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
En ligne
Retour
Sécurité et Défense aux Etats-Unis par  Corentin Brustlein

Sécurité et Défense aux Etats-Unis par Corentin Brustlein

20 mars 2013 – Corentin Brustlein, Chercheur, Centre des études de sécurité, IFRI, IVLP 2012

Corentin Brustlein est chercheur au centre des études de sécurité de l’Institut Français de Relations Internationales depuis 5 ans. Il suit en particulier la politique de défense américaine et les questions de transformation et d’apprentissage militaires.

Le thème du voyage était concentré sur les questions de sécurité et de défense aux États-Unis et en Europe. Pour Corentin, ce voyage d’études a parfaitement rempli son rôle par la diversité des interlocuteurs qu’il a rencontrés (secteurs public/privé ; civils/militaires ; différents échelons du pouvoir, etc.).

> Washington DC Cette partie du voyage a été très dense avec comme toujours de nombreuses rencontres avec des représentants du gouvernement (Maison Blanche, Département de la Défense, Département d’État, Sénat), des think tanks (ACUS, Brookings, CSIS, Homeland Security Institute, NDU…) et quelques lobbys (AIPAC et Muslim Political Council) et la presse avec un rendez-vous au Washington Post.

> Boston Dans la continuité de Washington, ce passage a été l’occasion de poursuivre des discussions au travers de rencontres avec des think tanks et également des universitaires au MIT et à Harvard.

> Indianapolis L’étape d’Indianapolis a été marquée par une visite au camp d’entrainement de Muscatatuck, géré par la Garde nationale de l’Indiana et notamment compétent en matière de contre-terrorisme, d’opérations spéciales, et de gestion des catastrophes naturelles.

Ces échanges ont permis à Corentin de voir la manière dont les Américains s’entraînent pour des opérations complexes en mettant l’accent sur la coordination inter-agences (forces armées, FBI, FEMA, etc.), élaborent des exercices de grande échelle simulant la réaction à un scénario d’attaque nucléaire (en l’espèce, Chicago), et , avec l’aide d’Afghans présents sur place, forment les personnels civils qui seront ensuite envoyés à Kaboul et intégrés au Ministère de la Défense afghan. La visite du Camp Muscatatuck s’est achevée par un dîner traditionnel afghan.

Le stop dans l’Indiana s’est clos sur un home hospitality autour d’un couscous béninois.

> Denver A Denver l’accent a été mis sur la gestion de crise et l’antiterrorisme, surtout sur la présentation et la compréhension des différents échelons administratifs et leur coordination dans la lutte antiterroriste (mairie de Denver, FBI, Garde Nationale, Colorado Information Analysis Center). Ces rendez-vous ont été complétés par des briefings au NORAD/NORTHCOM, portant tant sur la défense du territoire nord-américain que sur l’emploi des forces armées sur le territoire national.

Le Colorado est l’État qui rassemble le plus d’employés fédéraux après Washington DC.

> Tampa La visite à Tampa s’est principalement focalisée sur la base aérienne de MacDill, l’une des plus importantes aux États-Unis, qui abrite notamment le United States Central Command (USCENTCOM) et le United States Special Operations Command (USSOCOM).

 

Au final, ce voyage a donné à Corentin une meilleure compréhension de la situation politique aux États-Unis, des débats en cours sur les questions de défense (réorientation vers l’Asie, par exemple), des perspectives de coupes budgétaires et des perceptions américaines des capacités militaires européennes. Les échanges ont ainsi donné le sentiment d’une évolution perceptible de l’image de la France comme acteur militaire par les États-Unis, exprimée pendant la guerre en Libye et à l’issue de celle-ci, et qui a encore récemment trouvé sa confirmation avec les opérations au Mali. Inversement, les Américains nourrissent des craintes sur le futur de l’implication militaire du Royaume-Uni dans le monde.

Pour finir, un point intéressant développé par Corentin concerne la perception de l’emploi de la force de part et d’autre de l’Atlantique. Il est clair à ses yeux qu’aux États-Unis, l’emploi de la force demeure une option normale pour un État afin de défendre ses intérêts. A l’inverse, une telle vision est devenue très minoritaire en Europe. C’est pour lui une différence culturelle forte et ayant de lourdes conséquences en termes de politique de sécurité.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
La politique sociale et économique aux Etats-Unis

La politique sociale et économique aux Etats-Unis

Olivier Marmion, IVLP 2017, Directeur de cabinet du directeur général de la sécurité civile et...

Joel VOISIN-RATELLE
3 juin 2019
Le pluralisme aux Etats-Unis

Le pluralisme aux Etats-Unis

Au cours du petit déjeuner organisé par le Cercle Jefferson le 21/02/2019, Antoine Haguenauer,...

Joel VOISIN-RATELLE
27 février 2019
L'interconvictionnel, contribution au vivre ensemble

L'interconvictionnel, contribution au vivre ensemble

Dans le cadre des « petits déjeuners du Cercle », le Cercle Jefferson a accueilli le Jeudi 17...

Joel VOISIN-RATELLE
17 janvier 2019
Le dialogue inter culturel

Le dialogue inter culturel

Yacine HILMI, Directeur de l’Institut Hozes, spécialisé dans la formation des cadres religieux,...

Joel VOISIN-RATELLE
20 décembre 2018
La politique de santé aux Etats-Unis

La politique de santé aux Etats-Unis

Antoine Schwoerer, Conseiller du Directeur Général de la Santé sur la sécurité sanitaire...

Joel VOISIN-RATELLE
19 novembre 2018
Cooperation franco-américaine dans la lutte anti-terroriste

Cooperation franco-américaine dans la lutte anti-terroriste

Poursuivez ici selon votre inspiration...Dans le cadre de son petit déjeuner mensuel du 21 juin...

Joel VOISIN-RATELLE
21 juin 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus